Un mec sympa, Laurent Chalumeau

Aller en bas

Un mec sympa, Laurent Chalumeau

Message par Max Gillio le Ven 27 Mar - 11:43

Emmanuel « Manu » Bonneval est un ancien voleur de bijoux. En liberté conditionnelle, il semble bien décidé à ne pas replonger. Grâce à son passé d’ancien champion junior de tennis, il trouve un boulot comme professeur particulier dans un club huppé de la Côte d’Azur. Jusqu’au jour où son conseiller d’insertion et de probation lui demande d’aller voler la collection de montres d’un oligarque russe. S’il refuse, le juge le refout en taule. Mais s’il accepte, ce sera sans doute la même issue.
Parallèlement, une cliente du club de tennis se retrouve en fâcheuse posture : elle s’est fait flasher en plein adultère sado-maso par un maître-chanteur minable qui lui demande 50 000 euros en échange de son silence.
Je pourrais encore recenser les intrigues apparemment secondaires qui tissent le synopsis de ce livre, mais ce serait fastidieux et romprait le charme de ce très bon roman. Il y a bien longtemps en effet que je n’aie lu un livre aussi construit, aussi charpenté, aussi peaufiné, aussi structuré. J’ignore combien de temps Chalumeau a passé sur le squelette de son roman, mais des intrigues aussi chiément construites, ça faisait une paye que j’avais pas lu. Et attention ! Tout dans la subtilité ! Une bonne quinzaine de personnages, que rien ne semble relier, sont amenés à se croiser, des connexions improbables s’opèrent, des jonctions s’effectuent, des destinées se percutent. En plus, filou, le Laurent. Il joue habilement sur les silences, multiplie les points de vue, passe sous silence certains événements pour mieux nous les rebalancer quand on ne s’y attend plus, modèle la chronologie à sa guise pour mieux nous surprendre… Un grand panard de scénariste. J’ignore si le vaudeville sera à nouveau à la mode un jour, mais si c’est le cas, faut pas se gourer, faut appeler Chalumeau, il vous mitonnera ça aux petits oignons.
Et ses personnages ! Dites, vous avez vu ses personnages ? Un tennisman-cambrioleur, un chirurgien plastique, un criminel de guerre serbe aux grosses fesses, une juge ripou, une employée de l’administration pénitentiaire au grand cœur, un immigré roumain dont la seule ambition est de devenir le Tony Montana local, des bourgeoises emperlousées et désœuvrées, des chefs d’entreprise partouzeurs, etc. Des trognes, des vraies ! Quelle jouissance dans l’art du portrait ! Jeu de massacre dans la société bling-bling de la Riviera ! Ah il ne les épargne pas, les parvenus, les pue-le-pognon, les notables écœurants nouveaux riches. On sent qu’il jubile, Chalumeau, à nous les imaginer dans des situations grotesques, humiliantes, bouffonnes (la scène où le maître-chanteur minable, déguisé en Super Mario est pris à partie par trois loubards des cités est à se pisser dessus de rire). Parti-pris ! me direz-vous. Tu m’étonnes ! Et pas qu’un peu. Sa tendresse, Chalumeau la garde pour les petits, les obscurs, les laissés pour compte de cette société à deux vitesses : les repris de justices, les putes esclaves du sexe, les fauchés, les clandestins… Car malgré la charge caricaturale des portraits, tous les personnages ont une vraie épaisseur et il n’est pas difficile de deviner avec lesquels l’auteur est en empathie.
Et puis il y a le style. Une écriture orale, populaire, vulgaire. Très triviale, mais d’une trivialité travaillée, ciselée. Le gros mot au bon endroit, l’interjection heureuse, l’insulte qui fait mouche. Juste, un emploi compulsif du participe présent à mon avis un poil too much. Mais bon, opinion personnelle. Il y a une gouaille, chez Chalumeau, une vraie écriture qui vous saute à la gueule, vous agresse, vous encanaille. Avec un arrière-plan culturel très contemporain. L’auteur cite les émissions télé à la mode, les chanteurs de téléréalité, les sportifs starisés. Pas par admiration, non. Mais parce qu’ils existent et que, sans doute, ils participent à la vacuité de plus en plus prononcée de cette société qu’on nous montre en exemple.
Un mec sympa, un vrai coup de cœur. Ou comme dirait l’autre, un pur kif !


Dernière édition par Max Gillio le Ven 27 Mar - 12:41, édité 1 fois
avatar
Max Gillio
Synopsis
Synopsis


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un mec sympa, Laurent Chalumeau

Message par Johann Moulin le Ven 27 Mar - 12:31

Dis donc, qu'elle verve Max...
Il me semble, dans mes lointains souvenirs, avoir lu Neuilly brûle t-il ? une histoire de guérilla urbaine si je ne me trompe. En tout cas, Chalumeau a un sacré pédigrée... je vais me replonger dans ses écrits...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un mec sympa, Laurent Chalumeau

Message par Max Gillio le Ven 27 Mar - 12:40

J'ai appris que ses deux précédents romans allaient être adaptés au cinéma. Je ne les ai pas encore lus, mais je suis curieux de.
avatar
Max Gillio
Synopsis
Synopsis


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un mec sympa, Laurent Chalumeau

Message par André Toutou le Ven 27 Mar - 21:57

Laurent Chalumeau, ancien auteur des "Pignolades" d'Antoine de Caunes, à la grande époque de Nulle Part Ailleurs, sur Canal +.
avatar
André Toutou
Paragraphe
Paragraphe


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un mec sympa, Laurent Chalumeau

Message par Rebus le Sam 28 Mar - 0:42

Tu n’es qu’un ado boutonneux André.
Tu n’as pas connu Chalumeau dans rock & folk.
avatar
Rebus
Phrase
Phrase


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un mec sympa, Laurent Chalumeau

Message par André Toutou le Sam 28 Mar - 10:21

Rebus, sache que si mon visage resplendit d'une éclatante jeunesse, il est aussi pur que la conscience d'une adolescente qui vient de se confesser. Et avec ça, les yeux du marron le plus banal qui soit.

Chalumeau dans Rock and Folk, tu me dis, mais alors à l'époque où mes jeunes frangins le lisaient - recopiant avec fierté - mais sans se l'avouer - les actes de leur brillant ainé.

Ouais, tchot gars, moi j'ai connu Rock and Folk à l'époque ou Ardisson et je ne sais plus qui bousculaient les célébrités d'alors dans leurs enquêtes (l'imper mastic et l'autre). Ah, je me souviens encore de la garde à vue de Noah. Un sacré article qui fit des vaguelettes terribles.

Et les articles de Berroyer ! Et de Manoeuvre (qui m'énervait comme pas deux)...
avatar
André Toutou
Paragraphe
Paragraphe


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un mec sympa, Laurent Chalumeau

Message par Florent le Sam 28 Mar - 21:18

Moi j'avais lu "Fuck", dans une autre vie... C'était bien de lui il me semble ou c'est encore les médocs qui me perturbent ?
avatar
Florent
Paragraphe
Paragraphe


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un mec sympa, Laurent Chalumeau

Message par Max Gillio le Sam 28 Mar - 21:44

Oui, c'est bien de lui. Celui qui l'a révélé, mais qui, à l'époque, m'était tombé des mains.
avatar
Max Gillio
Synopsis
Synopsis


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un mec sympa, Laurent Chalumeau

Message par Jean-Christophe Gérard le Dim 29 Mar - 6:04

Max Gillio a écrit:Oui, c'est bien de lui. Celui qui l'a révélé, mais qui, à l'époque, m'était tombé des mains.

Max, c'est pas très prudent de laisser un chalumeau te tomber des mains.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un mec sympa, Laurent Chalumeau

Message par Florent le Dim 29 Mar - 6:25

Je n'en ai gardé qu'un vague souvenir, mais plutôt bon, pour ma part.
avatar
Florent
Paragraphe
Paragraphe


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un mec sympa, Laurent Chalumeau

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum