A Mysterious Affair of Style, de Gilbert Adair

Aller en bas

A Mysterious Affair of Style, de Gilbert Adair

Message par Sheherazade le Dim 22 Mar - 13:21

Deuxième volet de la trilogie-pastiche hommage à Agatha Christie (non traduit en français)

Londres, en 1946, panse ses blessures et se remet à vivre petit à petit. L’inspecteur en chef Trubshawe, de Scotland Yard, à la retraite, après sa promenade quotidienne entre au Ritz pour s’offrir un apéro et il tombe nez à nez avec la romancière Evadne Mount. Premier moment de surprise passé, il est ravi de la revoir après la triste aventure qui les a réunis à fforde Manor dix ans auparavant.

Ils se sont perdus de vue, la guerre s’en est mêlée, mais le plaisir de se revoir dix ans après est mutuel. Elle l’invite donc à la suivre à une petite représentation théâtrale où joue la meilleure amie d’Evadne, l’actrice Cora Rutherford qui a connu des jours meilleurs.

Cora a cependant un projet de rôle dans un film du célèbre Alastair Farjoen, le réalisateur de cinéma le plus couru d’Angleterre, véritable coqueluche des cinéphiles.
Malheureusement le projet n’aboutira pas, car la villa de Farjoen vient de partir en fumée ; dans les débris de l’incendie, on a retrouvé son corps et celui qu’une jeune actrice devant interpréter le rôle principal.

Pour Cora, la mort de Farjoen est d’abord un malheur mais elle pourra tout de même faire son grand « come-back » à l’écran, sur lequel elle compte beaucoup, car le premier assistant du réalisateur va reprendre le projet du « maître ».
Invités par Cora pour assister à sa grande scène, celle-ci va aussi s’avérer l’ultime scène de l’amie de Miss Mount.

Le premier moment d’horreur passé, Evie et Trubshawe décident d’assister le jeune inspecteur Calvert dans son enquête ; pour Evadne Mount, il s’agit d’une affaire personnelle et elle a bien l’intention de trouver qui a tué sa meilleure amie.

Peu de suspects possibles, car les modifications de dernière minute n’étaient connues que de six personnes.
Chacune d’elles avait l’opportunité de mettre le poison dans le verre de Cora destiné à sa grande scène, mais aucune n’avait de motif d’assassiner la pauvre femme.

A moins que Cora n’ait su quelque chose à propos de la mort de Farjoen ; là, ces 6 mêmes personnes auraient eu un motif de tuer le réalisateur, qui dans la vie courante était un vrai salopard, mais par contre aucun des six n’en a eu la possibilité. Et tous avaient un alibi en béton au moment de la mort du réalisateur.

Evadne et son tricorne en tête, traînant son Trubshaw à sa suite, va mettre tout en œuvre pour découvrir la vérité, même si sa propre vie doit être menacée.

Je me demande toujours pourquoi les écrivains éprouvent le besoin de se plaindre à propos de leurs éditeurs qui les « obligent » à écrire des suites à leur premier roman. Stephen Hawkins ne voulait pas, dit-il, écrire des suites à sa trilogie arthurienne.
Ici c’est Gilbert Adair qui explique en guise d’introduction ne pas avoir eu envie d’écrire une suite aux enquêtes d’Evadne Mount. Cela fait très « diva » qui se fait prier ; vous savez bien = « non non, je ne veux pas … enfin, bon, si vous insistez … ».

Pourtant, malgré ce manque d’enthousiasme à reprendre le personnage, il est parvenu à écrire un nouveau roman plus passionnant et meilleur que le prédécent opus de cette sympathique trilogie, à la fois pastiche et hommage à Agatha Christie, ce “Mysterious Affair of Style” est également un formidable clin d’oeil au monde du cinema, et à Alfred Hitchcock en particulier, car comment ne pas voir en effet dans le personnage d’Alastair Farjoen, dont le fantôme plane sur tout le roman, un petit sourire dans la direction de ce célèbre réalisateur.

Beaucoup d’humour, un sacré phénomène que cette Evadne Mount, « Evie » pour les amis. Parmi lesquels il y a l’inspecteur en chef à la retraite, Trubshawe qu’elle taquine tant et plus. Trubshawe, généralement, « marche à fond » dans ses multiples mises en boîte, principalement lorsqu’il croit avoir trouvé un indice et qu’elle le remet vertement à sa place.
Je me demande d’ailleurs si ces deux-là ne sont pas en train de tomber amoureux l’un de l’autre …

J’ai trouvé fort dommage que la meilleure amie d’Evie soit la victime dans cette histoire, car cela m’aurait plu de la retrouver dans le 3ème et dernier volet des enquêtes d’une romancière que tous appellent la « Duchesse douairière du Crime ».
L’actrice Cora Rutherford est elle aussi un fameux personnage, véritable caricature d’actrices célèbres.

J’espère que le troisième volet de la trilogie sera à la hauteur des deux premiers volets et j’espère aussi qu’un éditeur prendra la décision de faire traduire et publier cette ludique et sympathique courte série policière, bourrée d’humour anglais, d’esprit caustique.

Revenir en haut Aller en bas

Re: A Mysterious Affair of Style, de Gilbert Adair

Message par Isabelle Corlier le Dim 22 Mar - 14:07

Bon, je vais aller faire un tour chez Waterstone, moi

Revenir en haut Aller en bas

Re: A Mysterious Affair of Style, de Gilbert Adair

Message par Sheherazade le Dim 22 Mar - 14:10

va plutôt chez "Stirling", ils sont nettement plus sympas

Revenir en haut Aller en bas

Re: A Mysterious Affair of Style, de Gilbert Adair

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum