Tueurs en série

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Tueurs en série

Message par Paul Colize le Jeu 15 Jan - 17:04

Sur les quatre derniers polars que j'ai lus, trois mettaient en scène un tueur en série.

Phénomène de mode ? Manque d'imagination des auteurs ? Réponse à l'attente des lecteurs ? Ou simple coïncidence ?
avatar
Paul Colize
Synopsis
Synopsis


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Florent le Jeu 15 Jan - 17:36

Je ne saurais répondre, mais, à force, ça me gonfle les histoires de tueurs en série. Il faudrait se lancer dans les blesseurs en série (un type introuvable, qui passe ses nuits à péter de genoux à ses victimes) augmentant d'un coup les dépenses de sécu de l'état et mettant en branle (si j'ose dire) l'équilibre même de tout un pays Laughing
avatar
Florent
Paragraphe
Paragraphe


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Sebastian Charles le Jeu 15 Jan - 18:28

Ce n'est pas pour tirer la couverture vers moi, mais justement, moi aussi j'en ai eu un peu marre de se phénomène de mode sur les tueurs en série, alors je m'en suis inspiré dans mon second roman Liberty Lyon.

En fait ca a inspirer mon criminel qui trouve lui aussi que les tueurs en série on un dos suffisament large pour endosser ses crimes crapuleux...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Isabelle Corlier le Jeu 15 Jan - 18:59

j'aime pas les tueurs en série....question de prudence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Geof le Jeu 15 Jan - 19:14

Les tueurs en série c'est un phénomène de mode venu du cinéma j'ai l'impression.
En générale les histoires se retrouve confinée dans un duel flic/tueur.
Les surenchère d'horreur aussi sont lassante.

Alors que le crime intéressé est tellement plus intéressant (j'ai réussi à caser 2 fois une déclinaison du mot "intérêt" dans ma phrase et sans le faire exprès !)
avatar
Geof
Paragraphe
Paragraphe


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Isabelle Corlier le Jeu 15 Jan - 19:18

En fait, non, c'est pas les tueurs en série qui me gonflent, c'est l'aspect "fou furieux, malade mental pas comme les autres, mal ultime" qui me fait gentiment sourire...
Par exemple, Dexter (la série), ça, ça m'éclate. C'est un tueur en série, mais sans une once de folie. J'adore. En plus, c'est cynique et bien caustique.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Michel L. le Jeu 15 Jan - 19:22

C'est ce que le lecteur demande probablement. On voit cela dans les séries aussi. Mais le genre commence à s'essouffler.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Txoa le Jeu 15 Jan - 21:11

Surtout que, "pour de vrai", ils ne ressemblent guère à ceusses que la littérature ou le cinoche en font. Poil au menton.
avatar
Txoa
Phrase
Phrase


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Txoa le Jeu 15 Jan - 21:20

Néanmoins, je viens, ces dernières semaines, de lire deux bons romans mettant en scène des SK, Lille aux mortes de Cyril Herry et surtout le génial "seul le silence" de RJ Ellory, un des meilleurs romans que j'ai lu depuis longtemps.
avatar
Txoa
Phrase
Phrase


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Isabelle Corlier le Jeu 15 Jan - 21:29

"In Cold Blood" de T. Capote...mais c'était pas une fiction

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Sheherazade le Jeu 15 Jan - 21:37

l'un des meilleurs bouquins de tueur en série, c'est "and then there were none" d'agatha christie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Txoa le Jeu 15 Jan - 21:45

La question est: qu'est ce qui pousse à cette littérature ? Une réminiscence judéo-chrétienne qui tend à satisfaire sa fascination pour le Mal (Pas le mâle, Isabelle) ? Notre côté voyeur ?
avatar
Txoa
Phrase
Phrase


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Isabelle Corlier le Jeu 15 Jan - 22:02

De fait, la fascination pour le mâle, c'est plutôt chez Dorcel ou Harlequin qu'il faut aller la chercher...

Un certain voyeurisme, certainement, mais dans ce cas, c'est plutôt vers les collections du style "Crimes&Enquêtes" de J'ai Lu qu'on se dirigera, histoire d'avoir du "vrai" à se mettre sous la dent. De la curiosité, aussi. Un désir de comprendre (même si ça se résume à de la psycho de comptoir, finalement).

Quant à la littérature et au cinéma de type "thriller"...le nom même dit tout : les gens aiment se faire peur. De tout temps, ça a été l'un des moteurs les plus puissants de l'amusement. L'attrait du sang et de l'interdit, le "tabou" du meurtre, de l'odieux, de l'avilissement. La part d'ombre de l'Homme, en somme. En gros, le dégoût et le plaisir ensemble. Le porno de la violence, quoi.

Judéo-chrétien, j'en doute, puisque les nippons sont parmi les plus grands experts...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Manuel Ruiz le Jeu 15 Jan - 22:16

Txoa a écrit:Surtout que, "pour de vrai", ils ne ressemblent guère à ceusses que la littérature ou le cinoche en font. Poil au menton.
Ben, oui, c'est ce qui me gêne : les vrais tueurs en série ne ressemblent pas du tout aux personnages intelligents et presque sympas qu'on voit dans les films ou les séries TV. Pour s'en convaincre, il suffit d'aller sur le site officiel du FBI et voir la liste des personnes recherchées : on est à des années-lumière du cinéma !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Isabelle Corlier le Jeu 15 Jan - 22:36

D'un autre côté, on n'est pas là pour coller pile-poil à la réalité, non plus.

A mieux y réfléchir, les tueurs en série, ça commence à me gonfler comme toutes les idées surabusées : un mec, un jour, a eu une idée sympa. Il en fait un film, un bouquin, une BD, une musique, tout ce que vous voulez, et hop !, succès immédiat. Là-dessus débarque la meute de rémoras qui s'engouffrent dans la vague, se collent au précurseur (ou innovateur ou ce que vous voulez, au gars d'origine, quoi ) et pondent leur propre "oeuvre" (écrite en regard de la première).
Et plus ça marche, plus il y en a, jusqu'à l'écoeurement final.
C'est un peu comme les fraises, en fait. Je peux m'en fourrer une dizaine avec plaisir, mais au bout de 3 kgs, je crie grâce.

Et là, je crie grâce...ou alors, qu'on fasse comme avec Dexter, qu'on le présente sous un jour différent (et peu importe que ça soit réaliste ou non, je veux juste qu'on me raconte une bonne histoire)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Paul Colize le Jeu 15 Jan - 22:45

Exact, suffit de regarder le nombre de "Canada Dry" qui sont sortis après Da Vinci Code.
avatar
Paul Colize
Synopsis
Synopsis


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par André Toutou le Dim 18 Jan - 19:42

Isabelle Corlier a écrit:
Et là, je crie grâce...ou alors, qu'on fasse comme avec Dexter, qu'on le présente sous un jour différent (et peu importe que ça soit réaliste ou non, je veux juste qu'on me raconte une bonne histoire)

Dans le genre totalement différent qui transcende le sujet (chicos l'expression, non ?), il y a "American Psycho" de Bret Easton Ellis. Un livre dérangeant, agaçant, ignoble même pour certains passages. Mais puissant en diable. On a un auteur derrière cela. Rien que l'histoire de l'écriture du livre est un roman à elle seule... D'ailleurs, le film (avec Christian Bale - impeccable -), fidèle à 'oeuvre, était excellent... La scène des cartes de visite, par exemple...
avatar
André Toutou
Paragraphe
Paragraphe


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Paul Colize le Dim 18 Jan - 19:57

Il y a aussi, dans le livre, d'interminables passages pour ne rien dire.

(je dis ça pour dire quelque chose)
avatar
Paul Colize
Synopsis
Synopsis


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Elisa Vix le Dim 18 Jan - 20:04

[quote="Isabelle Corlier"] D'un autre côté, on n'est pas là pour coller pile-poil à la réalité, non plus.
A mieux y réfléchir, les tueurs en série, ça commence à me gonfler comme toutes les idées surabusées : un mec, un jour, a eu une idée sympa. [quote]

Au début, c'est pas une idée, ça part quand même de la réalité, c'est ça qui fait peur. Je crois qu'une des première fois où j'ai "rencontré" un serial killer c'est dans "Seven". Ca m'avait carrément horrifiée, dans le sens dégoutée, choquée, écoeurée mais bon je suis un peu sensible aussi... :oops: Je trouve qu'on est là dans une complaisance malsaine, une facination perverse envers une violence gratuite et odieuse, sans compassion aucune envers les victimes ravalées au rang de corps supliciés et d'images insupportables.
avatar
Elisa Vix
Synopsis
Synopsis


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Jean-Christophe Gérard le Dim 18 Jan - 20:29

Paul Colize a écrit:Il y a aussi, dans le livre, d'interminables passages pour ne rien dire.

Je dis ça de mémoire, parce que j'ai lu le livre à l'époque de sa parution et que je ne l'ai pas sous la main pour vérifier, mais il me semble qu'il y avait de longs bavardages qui avaient une fonction, en ce sens qu'ils se justifiaient dans l'ensemble du livre, qu'ils contribuaient à dresser le portrait du personnage. Je pense notamment au moment où il balance sans crier gare une dissertation/critique musicale sur la carrière du groupe Genesis, expliquant longuement pourquoi le groupe est selon lui devenu meilleur après le départ du chanteur Peter Gabriel et son remplacement (au chant) par Phil Collins (alors que les "puristes" pensent très précisément le contraire). A l'époque j'avais trouvé ça assez fort parce que ces propos cohabitaient avec des scènes horribles racontées sur un ton détaché ("et puis j'ai pris mon couteau-scie et je lui ai tranché la gorge") et qu'il m'avait semblé que c'était un procédé intéressant. Le type est à la fois un beauf pontifiant qui assène ses vérités premières, un obsédé de l'apparence vestimentaire et de la consommation en général, ET ce monstre qui commet ces horreurs. On retrouve le même type de "grand écart" chez Hannibal Lecter: raffiné, connaisseur en gastronomie, érudit, esthète... et il bondit au visage des gens pour les bouffer (cf. la réplique culte "un employé du recensement est venu m'interroger un jour... J'ai fini son foie avec des fèves au beurre et un excellent Chianti"...).

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Elisa Vix le Dim 18 Jan - 20:43

Je trouve au contraire qu'on est dans la "facilité", accrocher le lecteur par ce genre de procédé de la douche écossaise c'est pas très compliqué... mais bon t'étais peut-être jeune et sans expérience "à l'époque" ? Smile
avatar
Elisa Vix
Synopsis
Synopsis


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Paul Colize le Dim 18 Jan - 21:07

Si ma mémoire est bonne, il s'agissait plutôt de digressions concernant ses choix vestimentaires.
avatar
Paul Colize
Synopsis
Synopsis


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Jean-Christophe Gérard le Dim 18 Jan - 21:09

Elisa Vix a écrit:Je trouve au contraire qu'on est dans la "facilité", accrocher le lecteur par ce genre de procédé de la douche écossaise c'est pas très compliqué... mais bon t'étais peut-être jeune et sans expérience "à l'époque" ? :)

Je ne considère pas que le fait de dresser un portrait contrasté, réunissant dans un même personnage (a fortiori lorsqu'il s'agit d'un psychopathe) des aspects contradictoires, hétérogènes, énigmatiques, inattendus, ambigus, relève de la facilité. Et si c'est un procédé, disons que je préfère celui-là au recours à des personnages monolithiques et lisses.

Ceci dit, je n'adhère pas pour autant de façon systématique à cette fascination complaisante que tu dénonces vis-à-vis des tueurs en série. Chez certains auteurs, on sent que l'exercice est mal maîtrisé, que quelque chose semble leur échapper, qui peut devenir troublant... Le problème majeur (car après tout c'est bien de livres dont il s'agit) étant que ce trouble contamine leur écriture…

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Paul Colize le Dim 18 Jan - 21:16

Tiens, du coup, je lirais bien le bouquin de Jean-Christophe...
avatar
Paul Colize
Synopsis
Synopsis


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Manuel Ruiz le Dim 18 Jan - 21:18

[quote="Elisa Vix"][quote="Isabelle Corlier"] D'un autre côté, on n'est pas là pour coller pile-poil à la réalité, non plus.
A mieux y réfléchir, les tueurs en série, ça commence à me gonfler comme toutes les idées surabusées : un mec, un jour, a eu une idée sympa.


Au début, c'est pas une idée, ça part quand même de la réalité, c'est ça qui fait peur. Je crois qu'une des première fois où j'ai "rencontré" un serial killer c'est dans "Seven". Ca m'avait carrément horrifiée, dans le sens dégoutée, choquée, écoeurée mais bon je suis un peu sensible aussi... :oops: Je trouve qu'on est là dans une complaisance malsaine, une facination perverse envers une violence gratuite et odieuse, sans compassion aucune envers les victimes ravalées au rang de corps supliciés et d'images insupportables.
Je soutiens Elisa. Moi aussi, je ressens avec les histoires de tueurs en série la même gêne qu'avec les vieux films de Peckinpah : une complaisance envers la violence, et même une glorification de cette dernière, qui confinait à l'apologie. Je n'ai jamais cru à l'excuse classique : "on ne fait que refléter la réalité". D'ailleurs, les films de Peckinpah ont mal vieilli, ce qui veut bien dire quelque chose.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tueurs en série

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum